Pour nos enfants
Service public
Bonnes adresses  
Lexique informatique  
Pourquoi ?
Horoscope     
Le blog de Claudus
Calendrier perpétuel
Infos de proximité
Télévision en replay
Traduction de mots
Programme télé complet
Boite à outils
PPS   
Météo de chez vous
 
Sélection perso
Jounal de bord      
Mes Films @ moi  

  

 

 

 

 

Une Leçon de Vie

 

Extrait du "Meilleur des mondes" de Aldous Huxley..... édifiant !
 
Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes. L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées. Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser. On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux. En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté. Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur. L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu. Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutienne devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant, qu’il est très facile de corrompre un individu subversif :
"il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir"
 
---------------------------
 
 
L'être humain perd sa santé à gagner de l'argent et par la suite, il perd son argent à se refaire une santé. Il pense au futur, au point d'oublier le présent, de sorte qu'il ne vit ni dans le présent, ni dans le futur. Finalement, il vit comme s'il n'allait jamais mourir, et il meurt comme s'il n'avait jamais vécu.
 
---------------------------
 
 
La grenouille maintient sa température corporelle avec l'augmentation de la température de l'eau. Juste au moment où l'eau est sur le point d'atteindre le point d'ébullition, la grenouille ne peut plus régler sa température. À ce stade, la grenouille décide de sauter. La grenouille essaie de sauter, mais elle est incapable de le faire parce qu'elle a perdu toute sa force dans l'ajustement de sa température avec celle de l'eau. Très vite, la grenouille meurt. Qu'est ce qui a tué la grenouille?... Pensez-y! Je sais que beaucoup d'entre nous diront l'eau bouillante. Mais la vérité sur ce qui a tué la grenouille, était son incapacité à décider quand sauter. Nous avons tous besoin de nous ajuster avec des gens et des situations, mais nous devons être sûrs de savoir quand nous avons juste besoin d'ajuster et quand nous devons aller de l'avant. Il y a des moments où nous avons besoin de faire face à des situations et prendre les mesures appropriées. Si nous permettons aux gens de nous exploiter, physiquement, émotionnellement, financièrement, spirituellement et mentalement, ils continueront de le faire. Décidons quand sauter! Sautons tant que nous avons encore la force.
 
-------------------------------------
 
 
Un professeur tend un billet de 20 et demande à ses élèves: Qui aimerait
avoir ce billet ? Les mains se lèvent. Il chiffonne ce billet et demande: Vous
le voulez toujour ? Les mains se lèvent encore. Alors, il jette le billet froissé
par terre, saute dessus à pieds joints et dit: Vous le voulez toujour ? et bien sur
les étudiants lèvent de nouveau leurs mains. Il leur dit alors: Vous
venez d'apprendre une leçon de vie! Peu importe ce que je fais avec ce billet
vous le voulez toujours, car sa valeur n'a pas changé, il vaut toujours 20 €.
Nombre de fois dans votre vie, vous serez froissés, rejetés par les gens et les
évènements, vous aurez l'impression que vous ne valez rien.... Mais votre valeur
n'aura pas changé aux yeux des personnes qui vous Aiment vraiment. Même dans
les jours les plus durs, votre valeur reste la même. Ne l'oubliez Jamais.
 
 -------------------------------
 
La vie est bien trop courte pour un jour, Se réveiller avec des regrets.
Aime la vie, Aime les gens pour ce qu'ils sont, Et laisse de coté les cons.
Si tu as une seconde chance, Attrape-là à deux mains ne la laisse pas filer.
Et puis personne n'a dit que la vie serait facile, Il faut faire de son mieux.

 

 

 

     ©opyright puls@rweb - 2001

Contact : pulsar.web@wanadoo.fr